Une approche éthique de la séduction

Dans cet article, j’ai voulu aborder un sujet délicat. Car oui, la séduction est un apprentissage bien particulier qui implique une introspection profonde. Mais rentrer dans les détails socio-culturels de cette problématique me ferait trop sortir du cadre de cet article. Pour simplifier son but, je voudrais donc vous proposer une approche éthique de la séduction. Et pour cela, je m’adresse avant tout aux hommes, et ce pour deux raisons.

La première, c’est que dans notre culture, et dans le cadre d’une relation hétérosexuelle, on considère que c’est à l’homme de faire le premier pas. Ces codes sont implicitement transmis par notre société. Cela ne veut pas dire que les femmes ne draguent jamais ouvertement, mais que cela représente simplement une tendance largement minoritaire. La seconde raison, c’est que je crois qu’il est aujourd’hui nécessaire de revisiter l’idée traditionnelle de la masculinité qui fait beaucoup de mal aux hommes comme aux femmes. Mais surtout aux femmes.

Que vous vouliez en tant qu’homme multiplier les « conquêtes », ou que vous souhaitiez vivre une relation profonde avec une personne unique, ou encore expérimenter toutes les nuances entre ces deux modes, c’est à mon sens complètement légitime. Il me semble dans tous les cas impératif de définir un cadre éthique à la pratique de la séduction. Cet article a donc pour but de vous donner une compréhension de base qui vous donnera des repères dans ce domaine mystérieux.[emaillocker]

Établir le premier contact

Imaginez un instant que vous êtes en train de prendre un verre un soir avec des amis dans un bar. De votre chaise, vous remarquez une femme assise à quelques tables de vous. Comme vous, elle est venue avec des amis. Elle vous attire, vous la trouvez belle. Vous êtes célibataire et ouvert à la rencontre. La plupart des approches de coaching en séduction vous recommanderait d’aller parler directement à cette femme. Elle vous donnerait également tous les outils pour contourner ses résistances à rencontrer un inconnu et de s’ouvrir à un homme qu’elle ne connaît pas.

L’approche que je vous recommande est radicalement différente. Elle passe par la demande préalable du consentement de l’autre. Et comment cela est-il possible sans approche verbale ? Tout simplement par le regard. En vous regardant, cette femme vous fera savoir si vous avez le feu vert ou non. Mais attention, beaucoup d’hommes ne sont pas familiers avec ces codes implicites de la séduction. Ils croiront à tort qu’un simple regard signifie que la femme qui les intéresse, est elle aussi intéressée. Mais non. Un simple échange de regard ne suffit certainement pas à valider son consentement. Si vous pensez que cette femme est a priori intéressée sans même chercher à le vérifier, c’est que vous projetez sur elle votre propre désir.

Dans la séduction, un jeu de regard s’instaurera entre les deux personnes concernées. Il faut donc apprendre à jouer ce jeu. Vous la regardez, sans trop d’insistance, vous accrochez son regard. Puis elle vous regarde et vous captez son regard à votre tour. Et ainsi de suite. Si cet échange continue, un peu comme un dialogue, vous avez le feu vert pour passer à l’étape supérieure. Et vous l’aurez remarqué, cela ne peut pas fonctionner dans la rue, à moins d’être stationnaire, car vous n’avez pas le temps pour tisser ce premier lien. Or celui-ci est à mon sens absolument primordial, car c’est lui qui fait toute la différence entre l’à-propos et la lourdeur.

Tisser le lien

Une fois que le premier contact visuel s’est solidifié, vous pouvez donc aller lui parler. Si vous êtes plutôt timide, je vous encourage à vous entraîner déjà au jeu du regard, sans jamais aller plus loin. Quand vous vous y êtes habitué et que vous commencez à y prendre plaisir, vous pourrez vous adresser à l’étape suivante qui est celle de l’interaction verbale. Mais de quoi parler à une inconnue sans être un gros lourd dégoulinant ? Là encore cela s’apprend.

Premièrement, travailler sur vous-même en auto-hypnose. Effacer toute intention et enlever tout objectif de votre esprit avant d’aller la rencontrer. Vous vous en foutez de son numéro. Et de savoir si vous allez coucher avec elle le soir même. Vous allez rencontrer une personne qui vous attire mais que vous ne connaissez pas. Avec son histoire, sa personnalité, sa richesse, ses défauts et ses vulnérabilités. Profitez donc de la rencontre, du mystère, de l’excitation. La vérité, c’est qu’on se fout de la performance. Ce qui est important, c’est la qualité de l’expérience que vous allez vivre avec elle. Emplissez-vous donc de bienveillance juste avant d’aller lui parler. Comme ça, quoiqu’il se passe, vous passerez un bon moment. Et vous enlèverez un maximum d’enjeux de l’équation.

Deuxièmement, pour engager la conversation, servez-vous du contexte, rebondissez sur la situation. Et soyez honnête. Il n’y a aucune honte à lui dire que vous la trouvez adorable ou jolie. Par contre, évitez tout ce qui pourrait la mettre mal-à-l’aise. Elle se doute que vous venez la voir parce qu’elle vous plaît. Pas parce que vous admirez ses traits d’esprit et sa richesse intellectuelle. Pour l’instant vous n’en savez foutre rien de ce qui se trame dans son monde intérieur. Une fois que vous aurez brisé la glace, vous pourrez commencer à développer. Autrement dit, à poser des questions plus personnelles et plus intéressantes. Bref, à rentrer en interaction avec un autre être humain.

Sexualiser la relation

Traditionnellement, ce qui différencie une relation amoureuse d’une relation amicale, c’est le partage de la sexualité. Bon, ça c’est la version simplifiée. Et vous vous en contenterez pour cette fois, car expliquer les différents modes possibles dans les relations sortirait carrément du cadre de cet article. Donc pour en revenir à mes moutons, si la personne que vous avez abordé vous attire toujours autant une fois que vous avez échangé avec elle, il vous faudra passer à la troisième étape : sexualiser la relation. Que votre but soit juste de passer une nuit en sa compagnie ou que vous soyez en recherche d’une relation plus suivie, le sexe est la plupart du temps la première étape. Les partenaires voient après comment la relation évolue.

C’est pourquoi cette étape est primordiale. Elle vous permettra en effet d’envoyer les bons signaux. Autrement dit, vous allez lui faire implicitement savoir que vous êtes attiré par elle et que vous souhaitez aller plus loin. La sexualisation de l’interaction ne pourra se faire donc, si vous suivez bien, que si le jeu de regard vous a accordé son premier consentement. Et que dans un deuxième temps votre échange verbal aura été plaisant. La sexualisation aura donc pour but d’approfondir ce lien par le contact physique.

Il est probable que si vous avez passé un bon moment en parlant ensemble, vous soyez rentrés en contact à un moment ou à un autre. Elle vous a peut-être touchée l’épaule. Ou peut-être que vos pieds ou  vos genoux se frôlent-ils discrètement. L’idée donc de la sexualisation sera de tester sa limite physique en étant toujours à l’écoute de son consentement. Pour cela, il vous faudra rentrer en contact avec elle de manière très progressive. En vous rapprochant lentement au fil de la conversation. Et en observant ses réactions. Se recule-t-elle ? Maintient-elle au contraire sa position ? Vous saisit-elle la main ? Vous avez alors le moyen direct de savoir si c’est ok pour elle que vous alliez plus loin.[/emaillocker]