Cartographie de la psyché

Mieux se connaître implique nécessairement de conscientiser certains éléments de notre monde intérieur. Cette identification permettra ensuite de mieux orienter, guider, maîtriser ces différents processus. Parmi eux, on retrouve les principales émotions, le monologue interne et la représentation du monde qui nous est propre. Dans cet article, je définis ainsi chacune de ces instances afin de vous en donner quelques repères fondamentaux. Les éléments abordés constituent une base pour orienter une pratique de pleine conscience et aiguiser votre capacité d’introspection.[emaillocker]

Les principales émotions

Une émotion est une réaction physique et psychologique à une situation. Contrairement à la sensation brute, l’émotion est déjà basée sur une interprétation. En mettant de la conscience à l’endroit de l’émotion, vous pouvez très progressivement modifier son impact sur vous. Les émotions de base sont au nombre de six. On y dénombre ainsi la joie, la tristesse, la peur, la colère, le dégoût et la surprise. Chacune de ces émotions de base peut ainsi se combiner aux autres pour créer une palette d’expressions aux infinies nuances.

A cette fondation viennent se rajouter les émotions sociales. On y dénombre la sympathie, l’embarras, la honte, la culpabilité, l’orgueil, l’envie, la gratitude, l’admiration, l’indignation et le mépris. Ces émotions sont construites par le conditionnement social et sont bien sûr influencées par notre histoire personnelle. Il reste bien sûr à se demander en quoi ces émotions sont plus sociales que les émotions de base. Mais cette distinction donne cependant un cadre intéressant pour explorer la pratique introspective.

Pour prendre conscience de vos émotions et ainsi moins les subir, je vous propose un exercice simple. Pour chaque émotion listée, demandez-vous dans quelle situation vous seriez le plus susceptible de la ressentir ? Y a-t-il, après une première introspection, un schéma récurrent qui apparaît ? Avez-vous dans ce contexte toujours tendance à ressentir la même émotion ou celle-ci varie-t-elle ? Le simple fait de conscientiser le processus émotionnel sera un premier pas pour moins subir vos émotions au quotidien.

Le monologue interne

Le monologue interne nous tourne vers le monde chaotique de nos pensées. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’ordonner ce magma pour mieux s’y repérer. Il est ainsi possible de conscientiser chacune de ses strates. La conscience de notre identité passe en effet par la continuité de la perception de nous-mêmes qui repose en grande partie sur notre flux de pensées. L’idée de ce paragraphe est donc d’identifier les différents courants de base qui structurent le flux de vos pensées. Chacun de ces flux pourra ainsi être considéré comme une énergie psychique à part entière.

Voix de surface

Les voix de surface reposent principalement sur la recherche de performance, de perfection et de puissance. La recherche de performance exige de vous l’ambition. Sans cesse en train de vous pousser au bout de vous-même, elle mène à un épuisement certain. Mais d’un autre côté, cette voix est ce qui permet de vous dépasser, d’aller de l’avant, de vivre votre vie plus pleinement. La perfection est la voix de l’auto-sabotage. Elle est péremptoire et édicte des standards inatteignables.

Ce que vous faites n’est jamais assez bien et vous avez toujours quelque chose à en redire. Dans son versant positif, la recherche de perfection est un excellent moyen de s’améliorer et de grandir. Elle se nourrit ainsi d’un idéal très élevé. La voix qui recherche la puissance est celle qui vous encourage à vous perdre dans le monde. Elle vous invite à plonger la tête la première dans l’illusion de la toute-puissance. Son utilité s’exprime par contre dans la recherche de votre bien-être et de votre réalisation en vous permettant de mieux trouver votre place en ce monde.

Voix structurelles

Plus en profondeur, les voix structurelles sont les flux de pensées sur lesquels reposent les voix de surface. A partir de la voix la plus vulnérable, celle de votre enfant intérieur, se construit la voix du protecteur. L’enfant intérieur symbolise ainsi une ouverture totale à la nouveauté, où la passion de la découverte et du jeu est poussée à son paroxysme. Dans son versant négatif, il représente la pensée magique du « tout tout de suite » et sa conséquence, l’incapacité chronique à gérer la frustration. Mais cette énergie débordante doit, dans notre société du moins, être contenue et contrôlée.

C’est à ce moment qu’émerge la voix du protecteur qui assurera ce rôle. Elle nous permettra ainsi de mieux nous adapter au monde et de nous protéger des chocs. Dans le négatif, le protecteur est la voix qui bride, normalise et fait rentrer dans le rang. En grandissant, le protecteur prendra de plus en plus de place, jusqu’à ce que l’enfant intérieur parte en exil dans les couches les plus profondes de votre psyché. En identifiant ces voix dans votre quotidien, vous avez ainsi l’opportunité de laisser réémerger la capacité d’ouverture de l’enfant intérieur, tout en prenant appui sur la maturité du protecteur.

La représentation du monde

Pour aller un peu plus loin encore dans la conscience de votre monde mental, je vous propose d’étudier maintenant la structure de base de toute représentation du monde. Selon la citation bien connue d’Alfred Korzybski, « la carte n’est pas le territoire ». La carte, c’est votre représentation du monde. Le territoire, c’est la réalité. La carte vous permet de vous repérer dans la réalité et de vous y orienter. Mais la carte ne décrit jamais exactement la réalité et sa complexité. Dans cette dernière partie de l’article, je m’attarde donc sur les deux éléments principaux constitutifs de votre carte de la réalité.

Croyances

Les croyances sont des affirmations sur soi, les autres et le monde qui influencent considérablement nos comportements. Ces affirmations concernent aussi bien la manière dont sont reliés les causes et leurs effets, la frontière qui délimite le possible de l’impossible. Les croyances sont donc des généralisations sur notre représentation du monde. Dans le cadre du développement personnel, il est primordial d’identifier et de questionner vos croyances sur tout sujet qui est pour vous source de problèmes (société, travail, argent, relations, sexualité, corps, etc.). Ainsi, nous avons des croyances sur absolument tout.

Mais il reste ensuite à savoir si vos croyances sont limitantes ou déployantes, autrement dit si elles vont dans le sens de votre épanouissement global ou non. Une méthode simple pour modifier vos croyances consiste à les questionner une à une. Identifiez ainsi vos trois croyances principales concernant une de vos problématiques. Puis remettez-les en question : « qu’est-ce qui me prouve que cela est vrai ? Est-ce que le fait de l’avoir constaté dans mon expérience démontre que cela est vrai pour d’autres personnes ? En quoi cette affirmation serait-elle vraie uniquement pour moi et ne s’appliquerait pas aux autres ? Etc. »

Valeurs

Les valeurs sont des normes personnelles. Dans la hiérarchie de la structure psychique, elles sont donc positionnées au-dessus des croyances. D’abord, elles les influencent directement. Les flux de pensées rattachées à une croyance sont en effet modelés par les valeurs. Ensuite, celles-ci permettent d’évaluer une expérience en fonction de leur prisme spécifique. Les valeurs construisent donc la cohérence de la personne dans le sens où elles orientent ses processus de décision et d’action dans le réel. Il existe ainsi un très grand nombre de valeurs (amour, sécurité, aventure, travail, plaisir, etc.), des dizaines, voir des centaines. Dans l’exercice suivant, prenez donc votre temps.

Un exercice simple pour découvrir vos valeurs principales consistent à établir la liste des commandements les plus importants pour vous et qui sont au cœur de votre vie. Une fois cette liste faite, amusez-vous maintenant à opposer chacune de vos valeurs à chacune des autres. Pour cela, imaginez un monde où seulement l’une des deux peut exister. Ce processus ne doit pas être « mental » mais vous amener au bord de l’explosion émotionnelle. C’est seulement là que vous aurez l’assurance d’avoir mis le doigt sur une valeur. Ce processus vous permet ainsi de les hiérarchiser et de découvrir les plus importantes à ce moment précis de votre vie.[/emaillocker]